Le continuum de sécurité entre acteurs privés et publics, objet du rapport parlementaire des députés Fauvergue-Thourot, se concrétise par la rencontre à Nice du groupe Sûreté du CNCC et le Centre de Supervision Urbain de la Police Municipale niçoise. Un premier partenariat opérationnel noué dans la droite ligne des conventions locales de sécurité signé entre le Ministère de l’Intérieur et le CNCC.

Les synergies entre secteur public et privé que le CNCC s’efforce de mettre en œuvre au travers de l’aménagement du territoire se décline également sur toutes les questions de sécurité. En rencontrant le 7 mai les acteurs de la sécurité publique niçoise, les membres du groupe Sûreté du CNCC ont tissé des liens étroits au regard de la nécessité d’une plus forte collaboration.

Reçus par Sandra Bertin directeur de police municipale de Nice, Sébastien Viano, directeur Europe à la métropole de Nice, Gildas Berthier, chef de la police municipale et Grégory Pezet, responsable du centre opérationnel du Centre de Supervision Urbain de la ville de Nice, les membres du groupe Sûreté ont pu prendre connaissance du dispositif conséquent de la vidéo surveillance mise en place. Avec 2348 caméras, 911 boitiers d’alarme déployés dont 330 dans des commerces, la police municipale de Nice est considérée comme la première de France notamment par la création du premier Centre de Supervision Urbaine (CSU) doté de 115 écrans. Les connexions étroites avec les commerces de la ville et la mise en place de boutons d’alerte dès octobre 2015, le CSU dispose d’une vidéo surveillance en temps réel appuyée par les 550 agents de la police municipale. La ville expérimente également au travers du projet Confidentia et du système Anyvision la mise en place d’une reconnaissance faciale.

Pionnière en Europe, la ville de Nice est partie prenante et pilote de projets européens tels que PACTESUR (Protected Allied Cities against Terrorism in Screening Urban Areas) qui développe des fonds (à hauteur de 25 millions €) pour l’amélioration de la sécurisation des espaces publics. Ce projet, en partenariat avec Turin et Liège, a pour objectif de définir des accords de coopération et de continuité de la sécurité privée et publique. De même, Nice a développé le projet « Together Safe » au sein du Urban Security (fonds de 100 M€) (thématique inscrite dans The Urban Lab of Europe).

Fer de lance européen de la vidéo protection intelligente, la ville de Nice a réaffirmé sa volonté de collaborer beaucoup plus étroitement avec les acteurs des centres commerciaux présents sur la métropole lors de la réunion du 7 mai aussi bien au niveau territorial que sur les échanges européens.

« La sécurisation de l’espace public ne se limite pas à la voirie mais s’étend également aux espaces des acteurs économiques » selon Sandra Bertin, directeur de police municipale.

En conclusion de cette journée, le groupe Sûreté a visité les installations de sécurité de l’extension/rénovation de Cap 3000 grâce à l’accueil de Rudolphe Proust et ses équipes.

Bertrand Courtois-Suffit, président de ce groupe de travail et l’ensemble des membres ayant participé à cette journée de travail tiennent à remercier chaleureusement Sandra Bertin et l’équipe de la police municipale de Nice ainsi que Sébastien Viano pour la qualité de l’accueil et des échanges fructueux, première pierre d’une collaboration à développer.