Jules, Kiabi, Gémo, Jennyfer, Camaïeu, Pimkie, etc. : les enseignes de mode françaises, longtemps en difficulté face aux mastodontes internationaux du secteur, comme Inditex ou H&M, entendent relever la tête.

Les Enjeux

  • Déjà frappée par une crise structurelle depuis plus de dix ans, la mode a dû affronter les difficultés dues à la crise sanitaire en 2020 et 2021.
  • Beaucoup d’enseignes ont dû appliquer de sévères cures d’amaigrissement, voire ont été cédées (La Halle, Camaïeu…)
  • L’heure, maintenant, est à la reconstruction et à aller de l’avant.

L’exemple de Kiabi : la force tranquille

2 milliards d’euros, le CA avant Covid 70 à 75% des ventes réalisées en France 509 magasins, dont 335 en France. 

Pas de clinquant chez Kiabi, ni dans son offre, ni dans son concepts de magasins. Mais, pour autant, l’enseigne nordiste reste une valeur plus que sûre du marché, en occupant le créneau, très porteur, d’une mode familiale. Kiabi, connue pour ses petits prix et son offre de qualité, notamment pour les endans, capitalise sur ses forces. Le tout sans oublier d’évoluer avec son temps et les attentes de ses clients : 37 corners d’occasion à ce jour, la totalité du parc concerné dans les deux ans, mais aussi des services de location pour la maternité.

« La crise nous a démontré que nous étions une marque utile : dès les réouvertures, les familles sont revenues pour habiller les enfants qui avaient grandi. Cela nous conforte dans nos choix. » Patrick Stassi, leader Kiabi France.

 

Un article de Jean-Noël CAUSSIL du 4 novembre 2021 paru dans LSA

Voir l’article dans son intégralité.