SÉCURITÉ
« PARS VITE ET REVIENS TARD »

La menace toujours présente oblige les acteurs de la sûreté à redoubler de vigilance. Le dialogue avec les pouvoirs publics, qu’il soit Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité (HFDS) ou Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN), se renforce d’année en année. Ainsi, les interprétations extensives des postures Vigipirate ont pu être atténuées, permettant aux opérateurs de privilégier une sécurité efficace et adaptée à leurs sites.
Cette coopération a surtout permis une prise de conscience aigüe des pouvoirs publics sur le juste équilibre entre contraintes économiques et sécurité opérationnelle. Un pragmatisme bienvenu à l’heure où la nécessaire résilience ne doit pas occulter la persistance du risque

> MISSION FAUVERGUE-THOUROT
A la suite du rapport de la Cour des Comptes qui avait pointé du doigt les dysfonctionnements des acteurs de la sécurité privée, le Premier Ministre a confié aux députés Fauvergue et Thourot une mission relative au continuum de sécurité.
Dans ce cadre, le CNCC a été entendu le 17 mai et a pu soulever les points suivants :

  • ——Assurer une représentation des donneurs d’ordre dans la chaîne de la sécurité privée et dans les travaux liés à ce sujet au regard des responsabilités croissantes pesant sur eux
  • ——Mettre en place un coordinateur unique de gestion de crise sur site
  • Améliorer la formation des agents de sécurité

Les conclusions de la mission ont mis en lumière la nécessité de procéder à des efforts importants sur le recrutement et la formation des agents de sécurité alliés à un renforcement de la démarche de certification des professionnels et des sociétés. En outre, la mission a conclu également à une révision du fonctionnement du Conseil National des Activités Privées de Sécurité (CNAPS).