Elle a participé à la naissance de la Banque postale, piloté l’éclosion de la banque en ligne Boursorama, dirigé les hypermarchés Carrefour de France en pleine pandémie… De sa Champagne natale jusqu’à la tête de la foncière Carmila, Marie Cheval a su négocier plusieurs virages sans perdre son fil conducteur : la volonté de transformer et de mener.

J’aime créer et transformer des entreprises, être dans le quotidien des gens et diriger des équipes, affirme Marie Cheval. Donner envie, c’est ce que je cherche à faire. J’aime les défis, petits ou grands. J’aime quand ça pétille. » Manifestement, son enfance passée à Ay au sein d’une famille impliquée dans la production de champagne depuis 13 générations a laissé des traces indélébiles. La dirigeante de 47 ans, aujourd’hui PDG de la foncière cotée Carmila, n’a d’ailleurs jamais raté une vendange « sauf une fois en 1997 en raison d’un stage à Hong Kong ». Une appartenance forte au milieu viticole – elle siège au conseil d’administration de Laurent-Perrier depuis presque dix ans – qui a forgé certaines de ses valeurs : « Le monde agricole m’a inculqué un respect pour le travail et appris à côtoyer une grande diversité de gens. » Attirée par la chose publique, mais indécise sur son avenir, c’est en passant par Sciences Po, l’ENA, puis l’Inspection des finances, un parcours scolaire « assez classique » à ses yeux, qu’elle amorcera son aventure professionnelle. « À la sortie, je cherchais un patron qui pourrait m’apprendre à diriger et j’ai croisé la route de Patrick Werner, qui pilotait alors les services financiers de La Poste. »

Les débuts bancaires

Marie Cheval est recrutée en 2002 pour créer et développer la Banque postale, un projet qui trouve sa consécration le 1er janvier 2006 avec la naissance d’une nouvelle institution bancaire. « Un événement important dans ma carrière, mais aussi dans la vie des Français. Nous avons littéralement transformé en banque une direction de La Poste, un projet très varié puisque à la fois comptable, informatique, organisationnel, managérial et marketing », se remémore-t-elle avec fierté. Pendant près de dix ans, un « tour de la banque » s’en suit, de la stratégie au marketing en passant par le commercial, pour culminer à la direction des opérations. « On peut dire que j’ai grandi avec la Banque postale et qu’elle a été à certains égards mon école de management, poursuit Marie Cheval. J’y ai pris conscience que j’aimais le management et que je savais faire, en commençant par diriger deux personnes, puis 230 et jusqu’à 20 000. » À la recherche de nouveaux horizons, elle rejoint en 2011 la Société générale et se voit confier la transformation de la direction Global Transaction Banking et la création d’une ligne mondiale. Deux ans plus tard, elle prend la direction de Boursorama, alors jeune banque en ligne prête à accélérer son développement. « Tous les germes étaient là, mais cette pépite devait gagner en nombres de clients, se rappelle Marie Cheval. Pour ce faire, nous avons notamment construit un siège social, amélioré notre informatique et créé une équipe de manière à soutenir notre modèle de banque en ligne innovant et pertinent. » L’innovation et la satisfaction client sont alors ses maîtres mots. En plus de lancer des services jusqu’alors inédits, comme l’agrégation de comptes, Boursorama devient sous sa gouverne la première banque à racheter une FinTech, Fiduceo. « Je retiens avant tout de cette époque l’obsession de simplifier la vie du client, puisque le modèle de notre banque en ligne était de faire concorder l’intérêt de l’entreprise avec celui du client. »

L’aventure Bompard
Appelée par Alexandre Bompard, qui cherche alors à constituer son équipe de direction pour lancer son plan de transformation Carrefour 2022, elle se laisse convaincre en 2017 de rejoindre le groupe. « Très clairement, j’ai cédé
à l’aventure Bompard, avoue Marie Cheval. Je l’ai rejoint pour prendre la direction de la transformation et des activités digitales du groupe
avant de diriger pendant un peu plus de deux ans les hypermarchés en France. » Accélération du e-commerce, notamment le drive et la livraison
à domicile, partenariat avec Google, évolution des hypermarchés… Marie Cheval retrouve chez le géant français de la grande distribution les valeurs cardinales qui ont jalonné sa carrière : innovation, transformation, sens
du client, management. Elle y vivra aussi les plus grands défis de sa carrière. Début 2020, à peine terminées les manifestations des Gilets
jaunes bloquant les centres commerciaux et les hypermarchés, survient la pandémie de Covid-19. « Nous avons vécu des choses exceptionnelles
au sens littéral du terme, confie-t-elle. Nous avons dû innover totalement et, au global, la grande distribution a tenu le coup, ce qui n’était pas gagné d’avance. Ce moment a été une expérience très marquante, un vrai défi de management avec une grande intelligence collective et un engagement total des équipes. »

Article de Luc-Etienne Rouillard Lafond paru dans BIG Business Immo – Octobre 2021.

Voir l’article dans son intégralité.