D’urgence, les commerces réclament l’ouverture les dimanches en janvier, avec un accueil favorable de Bercy. Les syndicats s’inquiètent d’une nouvelle brèche.

Et si le Covid-19 ébranlait un peu plus le repos dominical ? Alors que cet acquis social s’apprête à souffler sa 115e bougie, voilà une question qui agite certains observateurs. Le 28 décembre, les différentes fédérations du commerce ont poussé un cri d’alarme commun : elles réclament d’urgence l’ouverture des dimanches de janvier. « Nous demandons le même schéma dérogatoire qu’en décembre », explique William Koeberlé, président du Conseil du commerce de France.

Ses arguments ? « Les magasins d’équipement de la personne, comme l’habillement ou la bijouterie, en ont besoin, car leur activité est saisonnière. Même si le mois de décembre a été bon, il n’a pas du tout compensé la fermeture de novembre, insiste-t-il. Ces commerçants ont des problèmes de trésorerie et vont devoir payer les stocks. Plus de 20% risquent de cesser leur activité. »

Sans oublier le couvrefeu, déjà avancé à 18 heures dans quinze départements, qui risque d’entraîner une diminution du chiffre d’affaires. Son discours a fait mouche. Dans la foulée, onze préfets ont donné leur accord. Surtout, selon Le Figaro, le gouvernement verrait cette idée d’un bon oeil. « Nous sommes favorables », nous confirme-t-on au ministère de l’Economie.

Article paru le 7 janvier 2021 sur Challenges.

Voir l’article dans son intégralité.

Crédit photo : Photopqr /L'Alsace/Maxppp