A l’occasion de son bilan annuel, le spécialiste du conseil immobilier Cushman & Wakefield livre sa vision des huit grandes tendances qui ont touché le commerce hexagonal en 2019 et devraient rythmer son activité en 2020, du discount aux DNVB (digital native vertical brands), en passant par les arbitrages de réseaux et ciblage des petites agglomérations.

Parmi les grands courants retenus par Cushman & Wakefield figure sans surprise la conversion de certaines marques en enseignes, s’affranchissant en partie des multimarques qui les distribuaient précédemment. C’est particulièrement le cas dans la cosmétique, avec Lancôme posant ses bagages sur les Champs-Elysées, Bourgeois à Créteil Soleil, sans oublier les réseaux Clarins et Melvita. Le phénomène est par ailleurs observé du côté de Vorwerk, Dyson ou encore Lego. Autant d’essais destinés à se décliner sur le territoire en cas de réussite.

Une logique similaire à celle des DNVB, qui ont continué de retenir l’attention des bailleurs, notamment en régions, où ces jeunes marques verticalisées veulent dupliquer le succès rencontré par leurs flagships. La vingtaine de boutiques du Slip Français est ainsi donnée en exemple, mais également la marque de lunettes à bas prix Lunettes pour Tous et son projet d’ouvrir une trentaine d’adresses, ou encore le spécialiste des cosmétiques Oh My Cream et la marque d’habillement Bonne Gueule, actuellement en phase de déploiement.

Article de Matthieu Guinebault paru le 24 février 2020 dans Fashion Network.

Voir l’article dans son intégralité.