En construisant des quartiers de logements dans des zones jusqu’ici commerciales, les agglomérations attendent-elles des centres commerciaux de s’adapter ?

Carmila est fortement intégrée sur les territoires avec 128 centres commerciaux, tous attenants à des hypermarchés, le plus souvent dans les pôles d’activité des villes moyennes et des grandes villes. Les villes s’étendent et les centres commerciaux se trouvent alors au centre de nouveaux programmes urbains, par exemple avec l’arrivée des transports en commun, comme l’extension du tramway à Toulouse Labège. Les centres commerciaux sont aujourd’hui de nouveaux cœurs de ville ; ce qui signifie, pour nous, de mettre en œuvre, avec les élus, un certain nombre d’adaptations.

Quels sont ces nécessaires changements pour répondre à l’arrivée de ces nouveaux habitants ?

Ce nouveau cœur de ville doit proposer les mêmes services que le centre-ville. Avec plus de familles, les services du quotidien comme le pressing, la pharmacie sont renforcés. Les commerçants locaux, qui représentent aujourd’hui 40% de l’offre, ont une place essentielle dans notre stratégie commerciale. Si les pistes cyclables arrivent jusqu’au quartier, il faut proposer des enseignes de vélos électriques. Confrontés à une carence de l’offre médicale, les communes nous sollicitent et Carmila a créé une enseigne de santé, Vertuo, pour développer l’installation de cabinets médicaux. Un centre dentaire de dix fauteuils a été ouvert à Athis-Mons dans l’Essonne. Notre objectif est d’ouvrir une cinquantaine de projets santé d’ici 2025.

Interview de Marie CHEVAL, Présidente-Directrice Générale de Carmila, parue le 14/09/2021 dans L’Abécédaire des institutions.

Voir l’article dans son intégralité.