Les centres commerciaux font leur mue pour résister à la crise.

Critiqués de toutes parts et touchés par les changements de comportement des consommateurs, ils se transforment pour continuer à attirer toujours plus de visiteurs.

Un projet « daté et dépassé ». C’est par ces mots définitifs qu’Emmanuel Macron a justifié début novembre l’abandon d’EuropaCity, gigantesque complexe prévu dans le triangle de Gonesse (Seine-Saint-Denis).

Datés, les centres commerciaux ? Peut-être : en France, les pionniers fêtent leur cinquantième anniversaire. Dépassés ? Pas du tout, selon les pros du secteur. Certains assurent même qu’ils peuvent devenir, demain plus encore qu’aujourd’hui, la destination préférée des Français pour faire leurs courses, se restaurer et se divertir en famille ou entre amis. À condition, bien sûr, de se transformer radicalement.

Bien peu des acteurs dominants des centres commerciaux ne regrettent l’oukase présidentiel. Tous soulignent qu’EuropaCity était un projet jamais vu en France, avec 430 000 mètres carrés au total, dont 230 000 de commerces. À titre de comparaison, les Quatre Temps à la Défense, le plus grand centre commercial de France, s’étale sur une surface de 140 000 m2 . Pour ne rien arranger, EuropaCity était prévu dans une zone économiquement fragile, desservie par une autoroute engorgée et une gare à l’état de projet. À l’heure où certains centres commerciaux mieux desservis souffrent de ne pas parvenir à louer tous leurs emplacements, le pari était pour le moins risqué.

L’abandon d’EuropaCity illustre une réalité : on ne construit plus, ou très peu, de centres commerciaux en France. « L’équipement français est au bon niveau, estime Jacques Ehrmann, patron du Centre national des centres commerciaux, la fédération du secteur. Il existe bien quelques endroits, sur les littoraux et les frontières, où la démographie progresse et où il y a un potentiel pour la construction de nouveaux centres. Mais ces projets sont des exceptions. » Si la France est loin de la densité en centres commerciaux des États-Unis, le temps où l’on y érigeait chaque année de nouvelles cathédrales du commerce est révolu. 65 000 m2 de centres commerciaux ont été construits sur les neuf premiers mois de 2019, selon Cushman and Wakefield. Mais 80 % de cette superficie correspond à des rénovations et des extensions, contre 16 % en 2015.

 

Article de Marie Bartnik publié dans Le Figaro, le le 27/11/2019.

 

Cliquez ici pour voir l’article dans son intégralité.